Ardéchoise 2018

je n’avais jamais fait l’Ardéchoise jusqu’ici, je ne sais d’ailleurs pas trop pourquoi ? Mais l’oubli est désormais réparé et je comprend mieux la réputation de cette épreuve qui est une vraie fête du vélo, avec la participation active de toute une région et en particulier de ses habitants qui nous réservent un accueil fabuleux dans chaque village. Un exemple de convivialité et de réussite ceci malgré près de 15000 coureurs, ce qui est un vrai défi logistique !

J’avais choisi le parcours “moyen” de 176 km pour 3120 m de dénivelée appelé la “Volcanique”

       

Le départ se fait à St Félicien, un petit village loin des grandes villes et des grandes routes. Attention arriver tôt si on veut trouver de la place


Et se positionner  tôt sur la ligne de épart , car sinon on attend de longues minutes pour partir après les premiers car il y a un filtrage juste avant la ligne de début de chronométrage (ce qui permet de fluidifier les premiers km , surtout qu’en plus le départ en très légère descente )


la montée du 1er col à environ 5 km du départ

et très vite on attaque le 1er col (le Col du Buisson) qui permet de rejoindre la ligne de crête au bout de 17 km. Donc ça ne s’affole pas trop, et chacun gère déjà.
Sur la ligne de crête on a un bon plat avant un descente rapide et sinueuse sur Lamastre.
là l’accueil est fabuleux

      

 

L’étape principe suivante est le village du Cheylard ou se situe la bifurcation petit/autres parcours (ne pas se tromper !)

et si vous êtes courageux, commence la longue ascension vers le Mont Gerbier de Jonc (près de 35 km)


  

le début est en forêt, mais sur la fin la végétation se raréfie, et le vent (fréquent ici) commence à faire ses ravages

L’arrivée au Mont Gerbier de jonc (point culminant du massif central, est un soulagement… et nombreux sont ceux qui se sont arrêté pour faire une photos ou mettre un coupe-vent car on entame alors une longue descente de plus de 30 km sur une route rapide.

L’objectif est de bien récupérer avant d’atteindre Saint Martin de Valamas (où on rejoint le petit parcours) car on a encore 2 cols de plus de 500 de dénivelée à grimper et avec la chaleur (et les km)  ça commence à devenir pas facile

Les ravitos à chaque village sont alors d’un grand réconfort, surtout qu’ils sont bien animés…

Et lorsque vous arrivez à Lalouvesc, vous savez qu’il vous reste près de 25 km de descente et qu’on peut savourer cette longue journée


le barnum de Lalouvesc, l’essentiel est fait !


L’arrivée à St Félicien après une courte remontée d’1.5 km

C’est le moment de décompresser et de passer au repas offert avec l’inscription

 

Au total :

  • Une vraie épreuve cyclo où le but n’est pas que la compétition
  • des bénévoles formidables tout le long de l’épreuve
  • Une région derrière l’épreuve
  • Une organisation bien huilée : on ne sent pas trop le gigantisme
  • à faire…et à refaire !

 

 

Revoir la vidéo avec le trajet complet + photos intégrées au tracé = génial !